lundi 19 mars 2018

Gamarde les bains





Chaud le midi, fraîche l’arène et maudit sabot…..

 



















Belle journée en perspective à Gamarde pour la peña. Tout d’abord parce que c’est notre premier rendez-vous de la saison autour d’une corrida officielle, et parce que ça fait plaisir de se retrouver après cette belle journée de Maurrin, encore présente dans nos esprits et dont on à nouveau commenté le succès.
Et ce ne sont pas les averses, normales comme à Gamarde et comme en cette saison de giboulées de Mars, qui nous ont arrêtés.
Un grand plaisir donc à se retrouver, avec nos « Amis de Thomas » pour partager un bon moment autour du bar et du repas, au demeurant bien sympathique proposé par l’organisation.
 Chaud le midi.

Et puis vint le moment tant attendu de l’arène.
Et pour Thomas une nouvelle affaire de burladero. En effet, son premier toro se tord le cou dès son entrée contre les planches. Il a fallu le puntiller et le sortir. Le remplaçant, armé  plus large, a permis de belles choses. De belles séries, une belle épée et une oreille. Vivement le second pour confirmer tout ce travail prometteur.
Malgré les belles prestations de Luque, la température a du mal à remonter dans cette salle qui de plus, fait un peu trop résonner la musique. Fraîche l’arène…
Et enfin, voici Barbamarron, le toro (qui n’est pas marron mais noir) de Thomas, celui qui va terminer la tarde. Bon tercio de piques, franches et  propres.  Morenito lui enfonce avec vigueur les deux jeux de banderilles, avec salut. Thomas commence par une série de trois passes cambiadas. Olè,  ça y est, c’est bien parti,  on va voir ce qu’on va voir….
Et puis…. Sur la sortie de la passe suivante, le toro perd son sabot de la patte avant……Patatras……malgré tous les efforts de Thomas pour reprendre la lidia, le comportement du toro n’est plus le même. On échange les regards dans les tribunes, on sait bien que cet évènement est en train de changer la fin de cette après-midi.
Dommage….. Maudit sabot.

Allez, on rentre au chaud, ce sera encore mieux la prochaine fois.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire